1. John Siracusa
    1. Mountain Lion
      1. Introduction
      2. Achat et installation
      3. Changements d'interface (1)
      4. Changements d'interface (2)
      5. Changements d'interface (3)
      6. Applications (1)
      7. Applications (2)
      8. Applications (3)
      9. Applications (4)
      10. Applications (5)
      11. iCloud(1)
      12. iCloud(2)
      13. iCloud(3)
      14. Gatekeeper(1)
      15. Gatekeeper(2)
      16. Retina et HiDPI
      17. Fourre-tout (1)
      18. Fourre-tout (2)
      19. Fourre-tout (3)
      20. Fourre-tout (4)
      21. Fourre-tout (5)
      22. Fourre-tout (6)
      23. Recommandations
      24. Deux pères, un fils
    2. Lion
      1. Introduction
      2. Installation
      3. Revoir les fondamentaux
      4. Redimensionnement des fenêtres
      5. Et voici pour les cinglés
      6. La gestion des fenêtres
      7. Le modèle de document
      8. le modèle des processus
      9. Les éléments internes (1)
      10. Les éléments internes (2)
      11. ARC
      12. Le système de fichiers
      13. Ses modifications dans Lion
      14. Documents, résolution
      15. Le Finder
      16. Mail, Safari
      17. Fourre tout (1)
      18. Fourre tout (2)
      19. Recommendations
    3. Snow Leopard
      1. Introduction
      2. Le ticket d'entrée
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Détails internes
      6. Quick Time X
      7. Système de fichiers
      8. Faire plus avec plus
      9. LLVM et Clang
      10. Les blocs
      11. Concurrence
      12. Grand Central Dispatch
      13. Asynchronicité
      14. Open CL
      15. La différence...
      16. Quick Time Player
      17. Le Dock
      18. Le Finder
      19. Exchange
      20. Performances
      21. Fourre tout (1)
      22. Fourre tout (2)
      23. Le futur
    4. Leopard
      1. Introduction
      2. L'héritage
      3. Nouvel aspect 1
      4. Nouvel aspect 2
      5. Le noyau
      6. 64 bits
      7. FS Events
      8. Core animation
      9. Quartz GL
      10. Core UI
      11. Détails internes
      12. Le Finder
      13. Le Dock
      14. Time Machine
      15. Performances
      16. Pot pourri
      17. Demain
    5. Tiger
      1. Introduction
      2. Retour sur le passé
      3. Nouvel aspect de Tiger
      4. Mises à jour du noyau
      5. Le lancement
      6. Les méta-données
      7. Attributs étendus
      8. Listes de contrôle d'accès
      9. Spotlight 1
      10. Spotlight 2 : analyse et potentiel
      11. Types de fichiers
      12. Méta-données : la fin
      13. Quartz
      14. Quartz 2D Extreme
      15. Core Image
      16. La vidéo sous Tiger
      17. Dashboard
      18. Le Finder
      19. Les performances
      20. Pot pourri
      21. Conclusion
    6. Panther
      1. Introduction
      2. Les précédents
      3. L'installation
      4. Nouvel aspect
      5. Performances
      6. Changement rapide d'utilisateur
      7. Gestion des fenêtres
      8. Exposé
      9. Le Finder
      10. Performance du Finder
      11. Toujours le même
      12. Safari
      13. XCode
      14. Conclusion
    7. Jaguar
      1. Introduction
      2. Le nom
      3. L'installation
      4. Modifications d'Unix
      5. Dévelopeurs...
      6. Quoi de neuf
      7. Rendezvous
      8. Quartz Extrême
      9. Performance
      10. Compositions
      11. Le Finder
      12. Applications
      13. Sherlock
      14. Le portrait
    8. Puma
      1. Prelude
      2. Introduction
      3. Installation
      4. Réglages système
      5. Performance
      6. Redimensionnement des fenêtres
      7. Utilisation de la mémoire
      8. Diagnostics de mémoire
      9. L'environnement Classique
      10. L'interface Utilisateur
      11. Le Finder
      12. Extensions de fichiers
      13. Divers, conclusion
    9. Cheeta (Mac OS X 10.0)
      1. Qu'est ce que Mac OS X
      2. Installation
      3. Le démarrage
      4. Utilisation de la RAM
      5. Performance
      6. Performance des applications
      7. Stabilité
      8. L'interface utilisateur
      9. Le Finder
      10. Le navigateur du Finder
      11. Le Finder (divers)
      12. L'interface utilisateur
      13. Os X Classique
      14. Système de fichiers
      15. Unix
      16. Applications
      17. Conclusion
    10. Les débuts de MacOsX
      1. 1999 : OSX DP2
      2. 2000 : Quartz et Aqua/a>
      3. Fin de la lune de miel
      4. la première bêta publique
      5. 2001 : Mac OS X 10.0
      6. Un investissement
    11. Finder Spatial
      1. Introduction
      2. Interfaces spatiales
      3. Le Finder spatial
      4. Le concierge
      5. Un nouveau Finder
      6. Le browser
      7. Le browser spatial
      8. Finder et méta-données
      9. Les modèles
      10. Pensées finales

Voici pour les mordus : une décade de comptes-rendus de Mac OS X (1)

http://arstechnica.com/apple/news/2010/01/mac-os-x-revisited.ars/

figure

La seconde moitié des années 1990 fut une période noire pour la compagnie qu'on appelait alors Apple Computer Inc. Windows 95 avait balayé tous les espoirs restants d'une domination d'Apple sur le marché de masse des ordinateurs de bureau. Les gros bénéfices de la première partie de la décade s'étaient mués en de colossales pertes annuelles. L'avenir de la compagnie était incertain.

Comme les animaux blessés, les corporations cherchent à cacher la réalité de leurs blessures. Aussi peu encourageantes que les choses apparaissaient de l'extérieur, peu de mordus d'Apple savaient à cette époque à quel point la compagnie courait à la ruine fiscale. Mais l'état du logiciel fut toujours clair comme du cristal : clair et terrifiant.

Le système d'exploitation du Mac manquait de deux éléments importants, essentiels pour rester compétitif au delà de la fin de la décade : la protection de mémoire, et le multitâche préhemptif. Pendant des années, Apple fit plusieurs tentatives avortées pour créer un successeur moderne à l'OS Mac classique, toutes des faillites malheureuses, aux yeux horrifiés des amateurs de Macs de partout.

Apple joua sa dernière carte en 1997 en achetant NeXT, et après un dernier faux départ, annonçait à la WWDC de 1998 ce qui devait être une consécration, sa stratégie pour un système d'exploitation de nouvelle génération, Mac OS X.

En tout état de cause, les amateurs de Macs auraient dû être, sinon aux anges, du moins soulagés de la tournure des évènements. Enfin un système d'exploitation moderne pour le Mac ! Mais il y eut une autre réaction, aussi répandue : la peur. En tant qu'ensemble de code, Mac OS X n'était pas une évolution ou une amélioration du système d'exploitation du Mac que nous connaissions et aimions. C'était un système entièrement différent, bien que pas vraiment nouveau, auquel le nom du Mac, et sans doute l'expérience utilisateur devraient être appliqués rétro-activement.

La peur des difficultés que cette entreprise pouvait entraîner est en grande partie ce qui m'incita, non seulement à apprendre le plus que je pouvais au sujet de l'avenir de Mac OS, mais aussi à l'écrire. En tant que nouveau venu comme expert Unix, je ne pouvais m'empêcher d'être très intéressé par le mariage de mes deux systèmes d'exploitation favoris. Mais avec cet optimisme, il y avait en couverture une douce excitation concernant chaque élément du projet au delà du cœur de l'OS.

Et voilà maintenant qu'une décade plus tard, Mac OS X est devenu un produit de qualité. Ce dixième anniversaire fournit l'occasion de faire quelque chose que les chroniqueurs évitent en général. Je vais revenir sur certains de mes espoirs et de mes peurs depuis les premiers jours du développement de Mac OS X, et les comparer avec la réalité actuelle. Avais-je raison de lancer des avertissements avisés au sujet de désastres qui, en fait, se sont produits ? Ou mes prédictions apparaissent-elles maintenant comme les imprécations d'un barbu lunatique ? C'est le jour du jugement.


1999 : Mac OS X DP 2

Le chemin de Mac OS X a été encombré de promesses technologiques rompues, et de dates de livraison manquées. En fin de compte, Apple a fini par les surmonter, respecter ses dates, et tenir ses promesses. Mais en 1999, j'étais encore dans le doute.

Le discours officiel annonce Mac OS X sur les étagères pour l'année 2000. Je prédis sans crainte de me tromper qu'il ne sera pas près avant 2001, au plus tôt..

(Remarquez... prédire qu'un produit logiciel sera en retard n'est pas précisément un jugement difficile à faire). Ce n'était pas vraiment juste d'exprimer un quelconque jugement à propos de Mac OS X en se basant sur la seconde livraison destinée aux développeurs, puisque Apple admettait clairement que ce n'était que pour aider les développeurs à commencer à travailler, et que cela ne représentait pas l'interface utilisateur finale. Heureusement, parce que mon évaluation de la DP2 (1)w n'était pas gentille.

L'utilisation effective de la DP2 ressemble à se loguer dans un Xterm dément qui affiche une fenêtre de gestion mal conçue sensée montrer quelque chose comme Mac OS. Lancez une application Cocoa, et vous avez l'impression que vous avez été dévié dans NEXTSTEP, qui présente aussi ce gestionnaire étrange. Faites tourner une application classique, et c'est comme de se retrouver dans une version un peu étrange de Mac OS 9 avec un univers NeXT supplémentaire encore visible en fond d'écran. Lancez une ligne de commande, et vous commencez à penser que tout cela n'est qu'une énorme façade qui s'affiche au sommet d'un bon vieil Unix.

Etant donnée la grande différence entre l'interface utilisateur finale de Mac OS X et celle de la DP2, cette critique cruelle semble à peine justifiée. Mais personne parmi nous ne savait à quoi ressemblerait 10.0 à cette époque. Quelque chose appelé Mac OS X server 1.0 existait bien comme produit vendable en 1999, il était très largement semblable à Mac OS X DP2. Il n'était pas déraisonnable d'imaginer que la version finale de l'interface utilisateur de Mac OS X serait une version améliorée, plus propre de cette même interface - et cela aurait été une mauvaise chose.

En considérant toujours le bon côté des choses, j'en suis arrivé à penser que je préférais être coincé tous les jours en utilisant Mac OS X DP 2 plutôt qu'avec Mac OS X server. Tous deux faillissent totalement au test de ressemblance au Mac à l'aide du papier de tournesol, mais DP2 est plus proche du but. En relisant cela je me rends compte à quel point j'étais désespéré d'avoir à trouver quelque chose de bien à dire sur l'interface utilisateur de ce nouvel OS.

L'image ci-dessous (figure 1) est une bonne illustration de ma déception avec l'expérience utilisateur de Mac OS X. Elle compare le mouvement de la souris autorisé par Mac OS (en vert) pour sélectionner un item de sous-menu, à celui qui est requis par Mac OS X DP2 (en orange). Suivre le chemin en vert sous DP2 fait disparaître immédiatement le sous-menu.

figure

Fig. 1 : Attention : sous Mac OS X DP 2, vous le faites mal.

Le message sous-jacent est ceci : "dites-donc, les tenants de NeXT. Cela n'est qu'un exemple des choses que nous autres, utilisateurs de Macs, apprécions -ou plutôt attendons- dans un système d'exploitation qui porte le nom Mac. Habiller votre code existant NeXT d'une parure de pixels platinum ne répond manifestement pas au problème. L'interface utilisateur n'est pas seulement ce à quoi elle ressemble, c'est comment elle fonctionne".

Curiosité interne

Les soubassements techniques de Mac OS X étaient beaucoup plus intéressants. Même il y a dix ans, je ne pouvais pas m'empêcher d'envisager la possibilité d'un avenir avec x86.

Les APIs de OpenStep sont multi-plateformes. Mach est mutli-plateforme. WebObjects est multi-plateforme. La construction x86 de Rhapsody, de Mac OS X server, et de Mac OS X ont tous été confirmés chez Apple. A l'évidence, le choix d'Apple de l'endroit où déployer son nouveau systèmpe d'exploitation n'est pas limité par la technologie. S'ils décidaient de délivrer une version de Mac OS X pour des processeurs x86, ce serait technologiquement à leur portée.

Avant que vous me congratuliez pour mon étonnant instinct divinatoire, voyez les deux autres phrases que j'ai écrites : "Mais vont-ils le faire ? J'en doute sérieusement". Si vous m'aviez demandé de parier de l'argent sur cette question, j'aurais parié massivement contre le choix d'OS X. Mais je me rends compte maintenant que j'aurais joué selon mon cœur, pas selon mon esprit. Pourtant, ma pensée a eu le dernier mot :

La carte multiplateforme est une affaire à surveiller. Pour la première fois, la seule chose qui retient Apple à l'écart de la plateforme "PC" est le business plan. Et vous voyez, avec Steve Jobs qui mène la barque, tout est possible.

Il est intéressant de noter que, seulement deux ans après son retour chez Apple, Jobs avait rétabli sa réputation de leader sans peur et imprévisible. L'âge ne l'avait pas ralenti d'un pouce.

Les meta-data du système de fichiers (que j'appelais alors avec raison meta-information) me titillaient aussi le cerveau, bien que d'une façon positive, croyez le ou non. J'étais intrigué par le concept de paquets, particulièrement par leur utilisation avec ce nouveau format de données XML bien poli. Mais, là où le stockage de méta-données dans des fichiers séparés à l'intérieur de paquets pouvait marcher pour les applications, l'avenir de simples fichiers avec des meta-données était encore ouvert.

Comment Mac OS X identifiera-t-il le type et le créateur des fichiers "normaux" ? Par une extension du nom, ce concept si étranger au Mac OS X traditionnel ? Ou la méta-donnée type/créateur dépendante de HFS/HFS+ va-t-elle être persévérée dans le futur ? Le temps le dira.

Notez cet abandon indifférent, ressemblant à un manque complet d'intérêt. "Et bien, le temps de dira". Bien sûr qu'il le ferait.

(1) DP2 = Developer Preview 2